Jeunes Emplois des jeunes : le PEJDC promet la création de 31 000 emplois

Le Comité de pilotage du Projet Emplois des jeunes et développement des compétences (PEJDC) a tenu sa première session ce mercredi, 17 décembre 2014, au siège de la Maison de l’entreprise du Burkina Faso, à Ouagadougou.

  •  
  •  
Emplois des jeunes : le PEJDC promet la création de 31 000 emplois

L’objectif est de poser les bases de la mise en œuvre de ce projet.                                 

Emplois des jeunes : le PEJDC promet la création de 31 000 emplois

« Il s’agit, en un mot, d’une session qui va permettre de mettre en place une feuille de route pour permettre au projet d’aller sur le terrain et d’engager les jeunes sur différents aspects. La feuille de route va permettre de définir les objectifs que l’unité de coordination doit atteindre au cours de l’année 2015 », a introduit le coordonnateur du PEJDC, Abdourahmane Traoré.

Le Projet Emplois des jeunes et développement des compétences (PEJDC) est une initiative qui a pour ambition d’améliorer l’accès des jeunes à des emplois et à des opportunités de développement de compétences. Le projet est soutenu par la Banque Mondiale à hauteur de 25 milliards de francs CFA. D’où la reconnaissance du président du comité de pilotage, Frédéric Kaboré, à l’institution financière qui, souligne-t-il, apporte une contribution fort appréciable à la jeunesse burkinabè confrontée au chômage et à la précarité des emplois. A l’en croire, ce projet s’inscrit parfaitement dans les orientations de la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) et dans la mise en œuvre de la politique nationale de l’emploi. Le PEJDC vise donc à améliorer l’accès des jeunes à des emplois à travers des travaux à haute intensité de main-d’œuvre, améliorer l’accès des jeunes à des opportunités de développement des compétences et de l’employabilité par la formation professionnelle et la formation en entreprenariat. Le projet vise, enfin, à renforcer les capacités institutionnelles pour améliorer la base de connaissances sur l’emploi et les jeunes. « Ce projet devrait permettre de réaliser 240 km de pistes rurales, d’entretenir 60 km de rues et de voiries urbaines, de construire 16 ponts et de reboiser 2400 hectares », a confié le président du comité de pilotage. A l’en croire, le PEJDC va, en outre, permettre de créer 31 000 emplois au profit des jeunes, former 4000 jeunes par apprentissage, 8000 jeunes à l’entreprenariat et, enfin, de dispenser, à la demande des entreprises, des formations à 2000 jeunes avec une promesse d’emplois. Pour ce faire, indique M. Kaboré, la démarche du « faire-faire » sera adoptée. Celle-ci consiste à s’appuyer sur les expériences enrichissantes des structures existantes et dans ce qu’ils savent faire le mieux, l’unité de coordination ne devant assurer que la coordination, le suivi et l’évaluation de toutes les activités.

46 800 jeunes seront touchés en cinq ans, de 2014-2018

Le projet Travaux routiers à Haute intensité de main-d’œuvre (PTR-HIMO) a été retenue pour la mise en œuvre des activités des travaux à Haute intensité de main-d’œuvre, la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso pour le développement de la formation professionnelle initiale, l’Agence nationale pour l’Emploi (ANPE) pour le programme de formation par apprentissage et, enfin, la Maison de l’entreprise du Burkina Faso (MEBF) pour la formation en entreprenariat et l’accompagnement des promoteurs. La première session a examiné le rapport de mise en œuvre du projet, le projet de plan de travail annuel budgétaire de 2015, le projet de plan de passation des marchés de 2015 et le projet de manuel de procédures administratives, financières et comptables du projet. « La tâche s’avère immense et pressante et nous n’avons ni temps d’observation, ni répit. Nous devons immédiatement nous mettre à l’ouvrage en faisant preuve d’imagination pour être à la hauteur des attentes et des espoirs que suscite la mise en œuvre du PEJDC », a invité le président du comité de pilotage, Frédéric Kaboré.

Au total, 46 800 jeunes seront touchés à la fin de ce projet qui s’étale sur cinq ans (2014-2018).

Oumar L. OUEDRAOGO

Lefaso.net

  •  
  •  
Dernières publications

Vidéos recommandées