Pénurie de gaz à Ouaga : La SONHABY confirme et se donne une semaine pour mettre fin au calvaire des clients

C’est par un communiqué de son directeur intérimaire, Gambetta Aboubacar Nacro, que la a Société Nationale Burkinabè d’Hydrocarbures (SONABHY) a confirmé ce mercredi la pénurie de gaz qui prévaut dans la capitale.

  •  
  •  
Pénurie de gaz à Ouaga : La SONHABY confirme et se donne une semaine pour mettre fin au calvaire des clients
Pénurie de gaz à Ouaga : La SONHABY confirme et se donne une semaine pour mettre fin au calvaire des clients

Ces derniers temps, le gaz butane est devenu une denrée rare sur le marché à Ouagadougou. Rien que ce mercredi un citoyen me confiait qu’il venait de parcourir la ville de part en part sans avoir gain de cause. Partout, dans les stations ou les alimentations où il s’est rendu, c’est le même refrain qui lui a été servi : « pas de gaz ». Sa femme a dû encore se rabattre, comme c’est souvent le cas en pareilles circonstances, sur le charbon de bois pour assurer la cuisine familiale. Et un autre de confirmer : « cela fait presqu’une semaine que je n’arrive pas à recharger ma bonbonne ». Il ajoute, interrogatif : « Y-a-t-il un problème de gaz à la SONABHY ? ». Il n’était certainement pas le seul à se poser la question à Ouagadougou, sans avoir de réponse. La réponse est disponible depuis ce mercredi soir. En effet, dans un communiqué diffusé ce 3 décembre, la nationale des hydrocarbures reconnaît la pénurie et assure que les dispositions sont en train d’être prises pour que le produit soit disponible d’ici une semaine.

Faut-il craindre une autre pénurie ?

En attendant, l’on ne peut faire que des observations et se poser des questions. Cette pénurie intervient à peine un mois après l’insurrection populaire qui a mis fin au régime du président Blaise Compaoré, et à peine une dizaine de jours après le limogeage de l’ex-directeur général de la SONABHY, Boukary Jean-Baptiste de la Salle Béréhoundougou par le Lieutenant-colonel Yacouba Isaac Zida. Et l’on se disait à l’annonce du décret de limogeage que cela visait aussi, au-delà des autres considérations évoquées ici et là, à prévenir les pénuries de gaz, devenues récurrentes dans le pays. Apparemment, cela n’a pas suffi à éviter la situation actuelle. Une question que l’on doit se poser : faut-il s’attendre à une autre pénurie au niveau de la Société Nationale d’Electricité du Burkina (SONABEL) qui s’approvisionne auprès de la SONABHY ? Si cela devrait être le cas, ce sera inévitablement des coupures de courant, la majeure partie de la production électrique du pays étant thermique. Enfin, touchons du bois et espérons tout simplement que les choses entreront dans l’ordre dans les jours à venir. Du reste, l’on ne devrait pas normalement craindre le pire avec les autorités qui semblent avoir pris toute la mesure du caractère éminemment stratégique de la question de l’énergie, et avec surtout la baisse sur le marché international des produits pétroliers. Restent maintenant à savoir si le pays à l’heure actuelle dispose des capitaux nécessaires pour profiter de la situation et renflouer ses dispositifs de stockage ?

Grégoire B. Bazié

Lefaso.net

  •  
  •  
Dernières publications

Vidéos recommandées