CDD | CDI | recrutements | Emplois Emplois : 14 000 postes à pourvoir publiés dans la presse écrite burkinabé en 2014

Le marché burkinabé de l'emploi est en pleine mutation.

  •  
  •  
Photo utilisée à titre d'illustration Photo utilisée à titre d'illustration - Crédit photo : recherche.actionco.fr

Le nombre de postes d’emploi à pourvoir en 2014 a considérablement augmenté par rapport à l’année 2013, avec une prédominance du CDD.

Au Burkina Faso, en 2014, la presse écrite a publié 14 000 postes d’emploi dont 42% de « type CDD » et 28% de « type CDI ». Par rapport à 2013, le nombre de postes d’emploi publiés dans la presse a augmenté de 39%. Les CDD et les CDI ont respectivement augmenté de 42% et de 23%. Les postes sans précision sur le type de contrat ont baissé de 16%.

Les postes d’emploi publiés par la presse ont augmenté de 40% par rapport à la moyenne des cinq dernières d’années. Les postes en CDD sont en augmentation de 62% et ceux en CDI de 56% par rapport à cette moyenne.
Entre 2009 et 2014, l’effectif des postes en CDI est resté supérieur à celui des CDD excepté 2012. Il faut cependant noter la très forte concentration des offres de postes d’emploi dans la région du Centre. En 2014, trois postes sur quatre avaient pour lieu d’affectation la région du Centre.

Sept(7) régions sur les treize (13) ont enregistré néanmoins une hausse des postes offerts par rapport à l’année 2013. La plus forte hausse a été enregistrée dans la région du Sud-Ouest.

Pour ce qui est des bureaux privés de placement, en 2014, ils ont enregistré 166 offres d’emploi pour 366 postes à pourvoir. A ce niveau également, la majorité des postes à pourvoir sont des contrats à durée déterminée, soit 334 postes en CDD pour 32 postes en CDI en 2014.
Pour l’heure, les secteurs de l’Administration publique, de l’Immobilier-location, des services aux entreprises et celui des activités à caractère collectif ou personnel, sont les plus grands offreurs d’emplois au Burkina Faso.De plus en plus, les recruteurs exigent le niveau du Baccalauréat général avec une expérience d’une à trois années.

Il faut relever le fait que peu d’offres d’emplois sont confiés aux bureaux privés de placement par les structures recruteurs. Peut être faudra t-il que ces cabinets privés travaillent à se donner plus de crédibilité afin d’établir une relation de confiance avec les grandes entreprises. En effet, dans ces cabinets, les recrutements par mise en relations sont estimés à plus de 50% du total de leurs recrutements.

Une synthèse de BAMBIO Z. François, pour investirauburkina.net
Sources statistiques : Base de données de l’ONEF

  •  
  •  
Dernières publications

Vidéos recommandées