Zoom sur les types et formes de tourisme au Burkina

Est- ce faire du tourisme que de contempler la verdure et les animaux sauvages du parc urbain Bangrewéogo pour un Ouagalais ? Non, nous répondent les spécialistes du domaine.

  •  
  •  
Zoom sur les types et formes de tourisme au Burkina
Peut- il être appelé touriste celui qui, par un samedi, fait un aller-retour pour admirer les Dômes de Fabédougou ? « Non plus », nous rétorque-t-on. A César ce qui est à César, comme dans les autres domaines, le tourisme aussi a son jargon et sa grille de lecture. Petit cours pour néophytes avec Madame Patricia Tamini/ Tuina, Directrice générale de l’Office National du Tourisme Burkinabè (ONTB). Le touriste c’est celui qui se déplace, qui va hors de son environnement habituel. Vous ne faites pas du tourisme en gravitant autour de Ouagadougou. Est appelé touriste celui qui passe au moins une nuitée hors de son environnement habituel. Alors que si vous êtes à Ouagadougou votre environnement c’est tout ce qui gravite autour ici. Si par contre vous sortez de Ouagadougou et vous allez à Laongo par exemple. Si vous y passez au moins une nuit, vous faites du tourisme, mais si vous revenez le même jour vous faites une excursion et vous êtes un excursionniste et non un touriste.                                                                                 

Pour ce qui est de certaines terminologies, notamment de ce que l’Organisation Mondiale du Tourisme a appelé Formes de tourisme il y a :

Le tourisme récepteur qui est le tourisme pratiqué par les étrangers. Le déplacement d’étrangers dans un pays à des fins touristiques. Donc des non résidents qui visitent le pays.

Le tourisme interne, c’est le tourisme pratiqué par les résidents. Et les résidents ça peut être les Burkinabè tout comme les étrangers qui résident dans le pays depuis fort longtemps.

Le tourisme intérieur, c’est le fait pour les étrangers et les nationaux de visiter le pays mais dans ses limites territoriales.

Le tourisme national c’est le tourisme pratiqué par les nationaux, c’est-à-dire les résidents aussi bien les Burkinabè que les étrangers résidant à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Généralement, les gens confondent tourisme interne et tourisme national. Ce n’est pas parce que ce sont des nationaux qui tournent dans les limites du pays qu’ils pratiquent du tourisme national. Même ceux-là qui vont au-delà des frontières pratiquent le tourisme national.

Il y a autant de types de tourisme que de motivations. Ce qui vous amène à vous déplacer. Ça peut être le tourisme de découverte, le Safari, le tourisme religieux, ça peut être le tourisme de santé comme pour ceux qui font des déplacements dans des stations thermales, ça peut être le « well being » comme on le dit en anglais, c’est-à-dire le bien-être comme pour ceux qui s’exposent au soleil,… Autant de motivations, autant de types de tourisme. Donc, on parle aussi de forme de tourisme en rapport avec la motivation principale. C’est le cas par exemple du tourisme de santé, lorsqu’on se déplace avec pour motivation principale, la recherche de la santé. Soit pour se faire soigner, soit pour aller prendre un bain de santé. Il y a le tourisme religieux dont la motivation principale est la prière ou la visite d’un lieu symbolique de la religion. Le tourisme sportif dont la motivation principale est le sport (alpinisme, sport nautique, etc.).

Des types de tourisme basés essentiellement sur la faune et la flore (NDLR : animaux sauvages et végétation), il y a le tourisme de chasse et le tourisme de vision. Le tourisme de vision ou le safari c’est lorsque vous vous contentez de visionner, de faire des images et des photos. Le tourisme de chasse c’est principalement pour tuer, abattre du gibier. Et le tout est inclus dans le tourisme cynégétique qui est en rapport avec la faune et la flore.

Samuel Somda

Lefaso.net

  •  
  •  
Dernières publications