élevage | cuirs | peaux | Tan Aliz Cuirs et peaux : un avantage comparatif en perte de vitesse

Au Burkina Faso, les revenus d'exportation de peaux et cuirs ont connu une baisse, passant de 4,5 milliards en 2008 à 1,6 milliards en 2013.

  •  
  •  
Photo utilisée à titre d'illustration Photo utilisée à titre d'illustration

Les tendances en 2014, bien que les statistiques ne soient pas encore disponibles, pourraient être prometteuses, vu l’effectif du cheptel qui a augmenté de 25% ces dix dernières années, dépassant la tendance mondiale, alors que la capacité de tannage au niveau mondial a diminué, passant de 9,2 à 6,8%.

Les principales destinations des peaux et cuirs du Burkina Faso sont l’Italie, le Nigéria et le Niger.

Un marché de monopole

Au Burkina Faso, le leader incontesté de la filière peaux et cuirs est la Société Tan ALiz qui a, pour origine une tannerie d'État privatisée en 1991. Le Groupe jouit d’un monopole de fait et produit principalement du cuir semi-fini (cuir en bleu, cuir en croûte) pour l'exportation. Sa production mensuelle atteint 200 000 pièces de peaux pré tannées au chrome, 4 000 pièces de cuir pré-tanné au chrome et 80 000 pièces de cuir en croûte. La totalité de sa production est exportée vers les marchés internationaux, notamment l’Italie, l’Espagne, l’Inde et le Nigeria. Le chiffre d’affaires annuel moyen à l’exportation de Tan ALiz est d’environ 5 milliards FCFA alors que la société ne collecte que 25% seulement du potentiel en cuirs et  peaux du pays. Cette pieuvre des cuirs et peaux, a étendu ses tentacules jusque dans la sous-région, rachetant la tannerie de Niamey au Niger d’une capacité de 3,5 millions de peaux par an. 

La société qui prévoyait un ambitieux programme d’investissement a, malheureusement subi un revers important lors des récentes manifestations politiques au Burkina Faso et pourrait avoir du mal à se repositionner sur le marché des cuirs et peaux.

Loin derrière Tan Aliz, deux autres acteurs, à savoir la SBMC (Société Burkinabè de Manufacture des Cuirs et Peaux) et la SBCP (Société Burkinabè de Cuirs et Peaux), se partagent le reste du marché.

Forces et faiblesses

L’une des forces de la filière est incontestablement l’abondance de la matière première et la réputation de qualité des cuirs et peaux du Burkina, bien connue en Europe.

Au titre des faiblesses, il convient de relever l’hétérogénéité de la qualité des peaux collectées, qui est fonction des conditions d’abattage, de la santé initiale de l’animal et des conditions de conservation et de stockage de la peau. A cela s’ajoute la concurrence des circuits informels d’exportation des peaux brutes, notamment sur le marché nigérian.

Un autre facteur défavorable à l’émergence de la filière au Burkina Faso est l’absence totale d’une intégration verticale. Excepté l’artisanat, le pays ne dispose pas d’une industrie de maroquinerie et/ou de chaussure bien que jouissant d’un avantage comparatif certain et disposant de la matière première en abondance.

Les principaux exportateurs
STRUCTURE SPÉCIALITÉ CONTACT
Société TAN ALIZ Exportation de cuirs, peaux, Wet Blue, maroquinerie 01 BP 7033 Ouagadougou 01
Tél. : (+226) 25 35 61 30/ (+226) 25 35 79 37
SBMC (Société Burkinabè de Manufacture des Cuirs et Peaux) Exportation de Wet Blue, maroquinerie (+226) 01 BP 7033 Ouagadougou 01
SBCP (Société Burkinabè de Cuirs et Peaux) Exportation de peaux brutes 01 BP 611 Ouagadougou 01, Tél : (+226)25 30 89 57

Source : Agence pour la promotion des exportations au Burkina Faso

 BAMBIO Z. François, pour investirauburkina.net

  •  
  •  
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 2460 fois Dernière modification le mardi, 31 mars 2015 07:52
BAMBIO Z. François
Dernières publications