Ecobank | coris bank | Bank of Africa | Banques Secteur bancaire burkinabè : Ecobank, CBI et BOA maintiennent le cap en 2014

La crise sociopolitique survenue à la fin 2014 a fortement impacté l’économie du pays.

  •  
  •  
Ecobank Ecobank

Malgré le coup de mou qu’a enregistré l’activité économique au dernier trimestre 2014, le secteur bancaire a affiché une bonne rentabilité en bouclant le millésime 2014 sous de bons auspices.

Ecobank, Coris Bank International (CBI) et Bank of Africa (BOA), les trois premières banques du pays, ont affiché un niveau de rentabilité satisfaisant  en 2014.

Ecobank, leader du secteur, a affiché au titre des emplois une part de marché de 18.44% et des ressources à hauteur de 21.07%. Les performances réalisées au 31 décembre 2014 par Ecobank font apparaître un total bilan de 605,608 millions de FCFA contre 527, 595 millions en 2013, soit une progression de 15% ; un montant de 429,069 millions de FCFA en total dépôts, contre 378,320 millions en 2013, soit +13% ; un total crédit de 352,314 millions de FCFA, contre 324.156 millions en 2013, soit une augmentation de 9% et un PNB de 35.123 milliards de FCFA, soit une hausse de 11% par rapport à 2013. Ces performances sont le résultat de l’investissement de plus d’un milliard de FCFA que la banque a injecté en 2013 pour la rénovation de 11 agences et l’ouverture d’une nouvelle agence à Koudougou la 3ème ville du pays. La banque a en plus déployé des produits innovants sur le marché, dont Airtel money et Omni.

Quant à Coris bank International, deuxième banque du pays, avec une part de marché de 17.39% en emplois et 15.27% en ressources pour 2014, a affiché des performances malgré un paysage économique marqué par un contexte de grande concurrence, de baisse de rendement des crédits et de renchérissement du coût des ressources. Par rapport à 2013, sa masse bilancielle a connu une croissance de 17.9%, avec un résultat net de 15.1 milliards de FCFA. Cette évolution s’explique par la forte dynamique commerciale que la banque a entretenue mais également par la bonne maîtrise des charges et des risques.

De son côté, Bank of Africa a bouclé son exercice social 2014 avec des indicateurs qui confirment la consolidation des acquis des années précédentes. En effet, les dépôts de la clientèle se sont chiffrés à 324 milliards de FCFA, enregistrant un taux d’accroissement de 13% par rapport à l’exercice 2013. Cette forte progression des dépôts est obtenue grâce à une forte progression des comptes à vue et des comptes d’épargne. La banque a également confirmé son rôle d’acteur majeur dans le financement de l’économie nationale en injectant un montant de 341 milliards de FCFA de crédits, soit plus de 24% d’augmentation par rapport à l’exercice précédent. La BOA a aussi poursuivi l’élargissement de son réseau avec l’ouverture de six nouvelles agences, aussi bien dans la capitale qu’à l’intérieur du pays. De façon globale, l’activité de la banque a progressé et s’est traduit par un accroissement de 20% du total bilan, qui frôle à la fin décembre 2014, les 500 milliards de FCFA. La banque a obtenu en 2014 la certification ISO 9001 version 2008 délivrée par BUREAU VERITAS certification, faisant d’elle la première banque burkinabè côté en bourse au niveau des standards internationaux en matière d’organisation d’un système de management de la qualité. Afin d’étoffer et d’améliorer en permanence son offre à la clientèle, elle a mis au jour de nouveaux produits, notamment le produit de bancassurance « Cmachance », en partenariat avec l’assureur SUNU Assurances-vie Burkina Faso.

L'année 2014 bouclé sous de bons auspices et la crise devenue une expérience, Ecobank, CBI et BOA se sont résolument tournés vers les PME-PMI et la diaspora burkinabé en 2015, en misant sur des solutions encore plus attrayantes et plus innnovantes.   

BAMBIO Z. François, pour investirauburkina.net

  •  
  •  
Dernières publications