Pain | boulangeries | pâtissiers Marché du pain au Burkina Faso : un monopole du Groupe HAJJAR

Le pain fait partie des produits de grande consommation au Burkina Faso.

  •  
  •  
Photo utilisée à titre d'illustration Photo utilisée à titre d'illustration - Crédit photo : 20mn.fr

Selon l’Union des fondateurs des boulangeries du Burkina (ufbf), en moyenne 600 000 baguettes de pain sont consommées par jour au Burkina Faso dont la moitié dans la seule ville de Ouagadougou. Ces dernières années les boulangeries et pâtisseries du pays se sont redorées le blason en optant pour un design plus moderne, un personnel convivial et un supplément de viennoiseries et des cafés-terrasses pour mieux répondre aux exigences du moment.

Le marché du pain au Burkina Faso reste dominé depuis plusieurs années par le Groupe HAJJAR qui dispose de la plus grande chaîne des boulangeries du pays avec une trentaine d'unités de production, plus de 2 500 emplois directs et 40 000 emplois indirects. L'homme d'affaires libanais Rimon Hajjar, à la tête de ce groupe est également le patron de la Minoterie de l’Orient (Minor S.A) dont la capacité de production est de 250 tonnes de farine de blé par jour.

A côté de ce monstre du pain, on compte une quarantaine de petites boulangeries autour desquelles gravitent de nombreux revendeurs de pain qui occupent une place centrale sur le maillon de la commercialisation et desquels dépend le dynamisme même du secteur.

Si le marché du pain semble jouir d’une bonne santé, pour les boulangers et pâtissiers, le prix actuel de la baguette de pain n’est pas à leur avantage. Le prix de la baguette de pain est en effet resté inchangé depuis plusieurs années malgré l’inflation. La dernière augmentation officielle de prix portant à 130 FCFA le prix de la traditionnelle baguette de pain de 180g, date de 2008. En décembre 2011, le Gouvernement, par l’arrêté n°20110228/MICA/SG/DGCI, a précisé le prix de quatre catégories de pain ainsi qu’il suit : 75 F CFA pour le pain de 100 grammes, 130 F CFA pour le pain de 180 grammes, 150 F CFA pour le pain de 200 grammes et 300 F CFA pour le pain de 400 grammes.

Depuis mars 2015, des négociations entre les professionnels du secteur et le Ministère en charge du commerce sont donc en cours et visent à revaloriser les traitements salariaux des employés du secteur. Pour les employeurs, cette situation est une conséquence directe du plafonnement du prix de la baguette de pain par le Gouvernement depuis des années, auquel s’ajoute le coût exorbitant de la matière première. En 20 ans, le prix de la tonne de blé a doublé au Burkina Faso, passant de 200 000 FCFA à 400 000 FCFA sans compter le coût des autres intrants (levure, améliorants, carburant …) qui sont en nette progression.

En tout cas, la fédération des boulangers et pâtissiers du Burkina nourrit l’espoir que le Gouvernement ferait un geste à leur endroit en supprimant par exemple la TVA sur le coût des éléments entrant dans la composition du pain, comme au Sénégal où la TVA de 18% et la taxe à l'importation ont été supprimées sur lesdits  intrants.

Pour l’heure, l’on ne sait dans quelle proportion mais il est probable que le prix de la baguette de pain connaisse une augmentation d’ici à 2016.

BAMBIO Z. François, pour investirauburkina.net

  •  
  •  
Dernières publications