Transports | Tunis air | Ebomaf | AERIEN Tunis Air et Lti du groupe Ebomaf vont à la conquête du ciel burkinabè

Le secteur burkinabè du transport aérien est manifestement en plein repositionnement.

  •  
  •  
Tunis Air  et  Lti du groupe Ebomaf vont à la conquête  du ciel burkinabè

Au mois de septembre 2012 le pays était desservi par treize (13) compagnies aériennes dont dix (10) compagnies de transport de passagers et trois (03) compagnies Cargo. 

Cette année 2013 la plate-forme aéroportuaire de Ouagadougou a encore accueilli deux nouvelles compagnies. En avril dernier c’est le tunisien Tunis Air qui a déployé ses ailles dans le ciel burkinabè, ouvrant une ligne directe reliant Tunis et Ouagadougou. Cette réalisation intervient 21 ans après la signature de l’accord de coopération aérienne entre la Tunisie et le Burkina Faso. Pour un début, l’opérateur met à disposition trois (3) vols par semaine à partir de l’aéroport international de Ouagadougou.

La notoriété de cette compagnie n’est pas des moindres car ayant déjà à son actif une expérience de 65 ans et disposant d’une importante flotte de 37 appareils opérationnels. Tunis Air offrait 15 vols directs à destination de l’Afrique en 2012. Cette offre passera à 19 vols d’ici la fin 2013 pour atteindre 46 à l’horizon 2016. Ce concurrent de taille nourrie de grandes ambitions et compte se doter de gros moyens pour s’installer à Johannesburg en Afrique du Sud et relier l’Afrique d’un bout à l’autre.

Après Tunis Air, c’est l’homme d’affaire Mahamadou Bonkoungou  PDG du groupe Ebomaf, déjà renommé dans le BTP, qui lance sa compagnie aérienne baptisée LTI (Liza Transport International), spécialisée dans les voyages d’affaires et dotée d’une flotte de six aéronefs. Sa flotte est équipée de Falcon 7X qui peut prendre jusqu’à 20 passagers tout en assurant un service intérieur de qualité.  Basée à Ouagadougou, la compagnie démarre véritablement ses activités en ce mois de septembre.

Lti entend œuvrer également dans la location (affrètement), l’acquisition et la vente d’aéronefs, le handling (assistance au sol des aéronefs) et l’organisation des voyages et séjours individuels ou collectifs au Burkina et à l’étranger.

L’opérateur burkinabè, pour voler haut, a noué des partenariats solides avec deux grands leaders du secteur de l’aviation. Il s’agit du constructeur français Dassault Falcon service (DFS) et du suisse Dasnair SA. La compagnie compte ainsi se doter de l’assistance technique nécessaire  pour figurer parmi les concurrents sérieux de l’aérien. 

Malgré les difficultés de développement du transport aérien en Afrique de manière générale, le Burkina Faso a réussi à maintenir à la hausse le niveau de son trafic aérien grâce aux efforts consentis par le gouvernement. L’aéroport de Donsin prévu pour être mis en service en 2017, constituera un tremplin certain pour l’aérien et offrira à la plate-forme aéroportuaire de Ouagadougou une dimension véritablement internationale.

BAMBIO Z. François, pour investirauburkina.net
  •  
  •  
Dernières publications