Transport de marchandises : la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina veut promouvoir l’usage des conteneurs

Accroitre l’utilisation des conteneurs dans le transport des marchandises. Telle est la volonté de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-B) qui organise du 9 au 11 juin 2014 à Ouagadougou, les Journées nationales de la logistique (JNL).

  •  
  •  
Transport de marchandises : la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina veut promouvoir l’usage des conteneurs

Il s’agira de trouver des moyens efficaces pour encourager la conteneurisation au Burkina Faso.

Transport de marchandises : la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina veut promouvoir l’usage des conteneurs

« Actionner les leviers de promotion de la conteneurisation pour l’optimisation de la chaîne de transport », c’est sous ce thème que se tiennent les Journées nationales de la logistique organisées par la CCI-B.

Quatrième du genre, les JNL regroupent des acteurs de la chaine de transport de plusieurs pays d’Afrique et d’Europe, de ports et de sociétés privées.

En prélude à cette rencontre, les acteurs du secteur avaient, au cours d’un séminaire national tenu les 12 et 13 mars 2013 sur le thème : « Les métiers de la chaîne de transport conteneurisé : concepts, spécificités, rôles et exigences pour une meilleure pratique de la conteneurisation », décelé les domaines dans lesquels il faut mettre l’accent pour développer l’emploi des conteneurs dans le transport des marchandises.

Les faiblesses relevées sont notamment liées aux délais et coûts préjudiciables à la compétitivité et le manque de professionnalisme de certains acteurs. Pour Emmanuel Yoda, président du Comité d’organisation de la JNL, « les leviers de la conteneurisation étant connus pour avoir été identifiés lors de la précédente édition, la présente sera consacrée essentiellement à la recherche des formules pour les actionner ».

Des capacités de fret réalisées par le Burkina Faso

Inventée en 1956, la conteneurisation est introduite au Burkina en 1997. A cette date, la manutention portuaire conteneurisée de l’Afrique subsaharienne montait déjà à 4,5 millions d’EVP (Equivalents-vingt-pieds). Pour encourager l’usage des conteneurs, le Burkina s’est doté en 2010 d’un port sec à Bobo-Dioulasso. Pour Charles Belemviré, représentant la présidente de la Chambre de commerce et d’industrie, les projets du Burkina ne s’arrêtent pas là. Il compte se doter d’un autre port sec multimodal dans l’agglomération de Ouagadougou, d’une plateforme logistique à Bagré et d’infrastructures de transit dans les ports de Cotonou, Dakar, Lomé et San Pedro (RCI).

Au cours de leurs travaux, les professionnels du transport de marchandises auront droit à des panels et à un séminaire sur la conteneurisation. Pour cette édition, les organisateurs ont apporté une touche nouvelle en initiant la Journée des « métiers » afin de permettre une meilleure connaissance des rôles, des spécificités et des exigences de chaque du métier du transport. A l’issu des travaux, les conteneurs devront connaitre une plus grande utilisation dans le transport des marchandises.

Jacques Théodore Balima

Lefaso.net

  •  
  •  
Dernières publications