trafic | passagers | aéroport Transport de passagers : l'aérien fait grise mine

Au Burkina Faso, le trafic aérien de passagers a progressé sur la dernière décennie mais demeure faible par rapport à la moyenne en Afrique.

  •  
  •  
Aéroport International de Ouagadougou Aéroport International de Ouagadougou - © investirauburkina.net

Le nombre total de passagers (embarqués, débarqués et en transit) a progressé de plus de 100%, passant de 253 825 en 2004 à 566 235 en 2014. Comme il fallait s'y attendre, les résultats du dernier trimestre de 2014 ont fortement impacté le bilan global du trafic en 2014.  

Sur la période allant du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014, l’aéroport  international de Ouagadougou a enregistré 451 793 passagers (arrivées et départs) et 75 731 passagers en transit, soit un total de 527 524 passagers contre 553 254 en 2013. Cette baisse de 5% est imputable au faible nombre de passagers enregistrés aux mois de novembre (29 640 passagers) et décembre (36 710) contre une moyenne mensuelle de 43 960 passagers.

A Bobo-Dioulasso, on a enregistré 38 711 passagers (arrivées et départs) et 4 673 passagers en transit au titre de l’année 2014, soit un total des 38 711 passagers contre 20 973 en 2013. Les mois de novembre et décembre ont également enregistré une baisse du trafic passagers, soit respectivement 656 et 1032 passagers contre une moyenne mensuelle de 3225 passagers. Contrairement à Ouagadougou, le nombre de passagers a progressé de 85%.

Dans l’ensemble le trafic aérien global de passagers pour les deux plateformes aéroportuaires du pays a baissé de 1% de 2013 à 2014. Ce léger ralentissement est dû à la crise sociopolitique survenue à la fin octobre  et au crash du vol Air Algérie le 24 juillet.

Globalement le poids du trafic aérien reste faible au Burkina Faso, comparé aux autres pays de la sous-région. Selon un rapport de l’ASECNA, en 2010 le Burkina Faso était la 11ème destination en termes de fréquentation sur les 17 pays qui forment l’espace ASECNA. En 2013, au plan africain, sur 50 aéroports, celui de Ouagadougou a été classé 47 ème, loin derrière la Côte d'Ivoire, le Ghana et le Mali (source : Association internationale des aéroports (IAC)).

Malgré le fait que, selon le Centre de l’organisation internationale de l’aviation civile (OACI), seuls le Burkina Faso et trois (3) autres pays de l’UEMOA aient atteint 40% du taux de conformité aéroportuaire, l’aérien fait toujours grise mine au Burkina Faso.

BAMBIO Z. François, pour investirauburkina.net

Source : Agence Nationale de l’Aviation Civile / Ouagadougou

  •  
  •  
Dernières publications