Fret | aéroport | Air France Fret aérien : une timide progression de 1.3% en 2015

Le marché burkinabé du fret aérien a enregistré une timide progression de 1.3% en 2015.

  •  
  •  
Photo utilisée à titre d'illustration Photo utilisée à titre d'illustration

Même si le volume de fret transporté (embarqué et débarqué) en 2015 a connu une légère hausse par rapport à l’année précédente, globalement, le transport aérien du fret, tout comme le trafic aérien de passagers, souffre d’une morosité qui perdure.

En 2015 ce sont 8 133 tonnes de fret qui ont été acheminées via l'aéroport de Ouagadougou. L’aéroport de Bobo-Dioulasso, presque abandonné, n’a enregistré que 0.2 tonnes de fret. Au total, le marché aérien du fret a enregistré un volume global de 8 133 tonnes de fret contre 8 022 tonnes en 2014, soit une légère hausse de 1.3%.

Les lignes qui ont enregistré le plus de fret en 2015, sont Doubaï-OUAGA et PARIS-OUAGA, avec respectivement 1070,12 et 2506,8 tonnes de fret acheminé.

Sur le marché du fret, AIR FRANCE se hisse à la tête du peloton en tant que premier transporteur de fret au Burkina Faso. La compagnie a transporté 31% du volume globale de fret en 2015, loin devant les compagnies de transport exclusif de fret. Si Air France a volé dans le ciel burkinabè il ya belle lurette, sa constance et sa régularité sont des atouts qu’elle a su conserver au fil des années. Elle est suivie par CARGOLUX AIRLINES, EMIRATES SKYCARGO, BRUSELLS AIRLINES et ETHIOPIAN AIRLINES avec respectivement 17%, 13%, 12% et 12% de volume de fret.

En 2015, le fret a enregistré un pic sur la période d’Avril à Mai, avec respectivement 922 et 937 tonnes. Le mois de décembre a été la période la plus morose, avec seulement 89 tonnes de fret enregistré.

Globalement, le marché aérien au Burkina Faso, que ce soit le transport de fret ou le trafic passagers, souffre d’une léthargie qui perdure. Même si le climat sociopolitique a connu un remue-ménage dès la fin 2014, cela n’explique que très partiellement le niveau de trafic qui est demeuré faible sur les cinq dernières années comparé à l’activité aéroportuaire des pays de la sous région.

BAMBIO Z. François, pour investirauburkina.net
Source : ANAC Burkina- Mai 2016

  •  
  •  
Dernières publications