Gaz butane | Sonabhy | SODIGAZ Pénurie de gaz butane : producteurs et distributeurs se rejettent la balle

Depuis un certain temps, le gaz butane est distribué à compte-gouttes dans les deux grandes villes du Burkina.

  •  
  •  
Pénurie de gaz butane : producteurs et distributeurs se rejettent la balle

Bobo-Dioulasso, deuxième capitale du Faso, a vécu cette pénurie qui ne devrait pas arriver si... Pour en savoir davantage, nous avons fait un tour du côté de la SONABHY et de la SODIGAZ. Leurs explications.

Dès l'entrée de la Société de distribution du gaz (SODIGAZ), des tas d'emballage (bouteilles vides) retiennent votre attention. A quelques mètres des bureaux des lieux, des camions se vident ou se font charger. Nous sommes conduits dans une des salles, quand nous avons demandé à rencontrer le chef du dépôt. Moussa Boly nous y accueille. Sans tarder, il nous demande la raison de notre visite. « Nous sommes venus toucher du doigt, les causes de la pénurie du gaz », lui fait-on savoir. Sans rien nous dire, il passe un coup de fil. C'est après avoir longtemps échangé avec son interlocuteur, qu'il nous passe le téléphone. Nous étions ainsi en ligne avec le patron des lieux. Ne cherchez pas la cause de cette pénurie ailleurs. « C'est la lenteur du remplissage à la SONABHY qui est la cause. Le chef du dépôt va vous le prouver par des exemples tangibles ». sur ce, il nous dit de remettre le téléphone à Moussa Boly. Quand il a cessé la communication, il nous a conduit à découvrir, non seulement le lot d'emballages, mais aussi, des camions qui étaient en « stand-bye » pour être chargés dès que possible à la SONABHY. Des camions, nouvellement arrivés de la SONABHY, étaient déchargés, et ceux de la distribution étaient immédiatement chargés. « Il est clair que le problème n'est pas dû à un manque d'emballages, mais à la lenteur du remplissage qui est manuel. Il faut que la SONABHY change son système de travail qui est déphasé, compte tenu de la forte demande... ». Nous sommes donc repartis de la SODIGAZ avec la conviction que la pénurie de gaz est bel et bien liée à la SONABHY.

Le démenti du DR de la SONABHY

Entouré du chef du service gaz, Jean Claude Sédogo et de Raoul Koudougou, chef du service des produits blancs (l'essence super, le pétrole, le gasoil, le DDO..), Hippolyte Bassolé, directeur du dépôt de la SONABHY de Bobo-Dioulasso, a démenti les propos de Moussa Boly de la SODIGAZ. « La pénurie ne peut pas être due à notre système de remplissage. Si les gens continuent de payer le gaz plus cher qu'il le faut, les vendeurs vont continuer à le rendre rare pour pouvoir faire la spéculation. Sinon les camions continuent de sortir de chez nous, et nous avons deux équipes qui travaillent tous les jours de 8 h 30 à 21h. Nous travaillons même les samedis. C'est vous dire que le problème, c'est à la distribution et non à notre niveau». Pour appuyer ses propos, les chefs de service nous amènent visiter les équipes qui étaient en plein remplissage. Pour augmenter les 50 tonnes de sa capacité journalière, le dépôt de Bobo va installer les jours à venir, 3 nouvelles bascules pour le remplissage. Précisons que 13 bascules sont en service actuellement et font une capacité journalière de 50 tonnes, parfois plus. Les deux collaborateurs du directeur qui ont pris part à cette visite, ont confirmé que la maison respecte les besoins exprimés dans la région. Selon eux, le problème est ailleurs. Le directeur, qui ne comprend pas les consommateurs, souhaite que ces derniers prennent leurs responsabilités pour non seulement dénoncer les spéculateurs, mais aussi, qu'ils aient le courage de ne pas acheter le gaz au-delà du prix fixé par la SONABHY. Qui de la SONABHY et de la SODIGAZ a raison ? C'est le lieu d'interpeller le ministère du Commerce à descendre sur le marché pour éclairer les consommateurs et pourquoi pas, « corriger » les fautifs.

Souro DAO

  •  
  •  
Dernières publications