fbpx

imc b ad

Nuit des femmes entrepreneurs : Delicio SARL, sacrée meilleure entreprise féminine du Burkina

Placée sous la présidence du ministre de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille, Marie Laurence Marchal/Ilboudo, la Nuit des femmes entrepreneures a permis de réunir plusieurs femmes , issues de différents secteurs de l’entreprenariat au Burkina Faso.

  •  
  •  
Nuit des femmes entrepreneurs : Delicio SARL, sacrée meilleure entreprise féminine du Burkina

C’est donc à cette occasion que s’est effectuée la proclamation des résultats du concours national des meilleures entreprises féminines, suivie de la remise des prix et d’attestations de reconnaissance. C’était ce lundi 30 juillet à Ouagadougou.

En vue d’encourager les initiatives entrepreneuriales des femmes au Burkina Faso, le ministère de la Femme, de la Solidarité nationale et de la Famille a organisé une soirée de gala dénommée « Nuit des femmes entrepreneures », ce lundi 30 juillet 2018 à Ouagadougou. A l’occasion, les résultats du concours national des meilleures entreprises féminines ont été proclamés, suivi de la remise des prix aux différentes lauréates.

Remise de trophée
Mme Alice Ouédraogo / Yaro meilleure entrepreneure (à droite) recevant ses distinctions des mains de l’épouse du président de l’Assemblée Nationale
Ce concours, selon le président du jury, Alassane Ouattara, s’est tenu en deux phases. La première phase a été celle des régions qui a permis de retenir les trois meilleures entreprises féminines dans chaque région. C’est à l’issue de cette étape que la phase nationale a été lancée. Quant aux critères de sélection, il rappelle qu’ils étaient relatifs à l’originalité de l’entreprise, son innovation, les qualités de ses produits et sa rentabilité.
Parlant des résultats, trois entreprises ont été sacrées meilleures entreprises féminines au plan national. Et à cet effet, l’entreprise retenue première de cette liste est Delicio SARL de Thérèse Alice Ouédraogo/Yaro ; une entreprise basée à Ouagadougou, spécialisée dans la transformation agro-alimentaire.

Ce 1er prix est composé d’un trophée et d’un chèque d’un million de francs CFA. L’entreprise retenue 2e dans ce concours est la Laiterie Kessene de Fatimata Boly/Diallo, résidente à Ouahigouya, une entreprise spécialisée dans la laiterie. Madame Boly repart à Ouahigouya avec un trophée et un chèque d’une valeur de 750 000 F CFA. L’entreprise arrivée 3e dans cette compétition est l’Unité de transformation de manioc-Biba (UTMA-Biba) de Soutoumana Palenfo, une unité spécialisée dans la transformation du manioc et des produits dérivés. Pour cette troisième place, madame Palenfo reçoit un trophée et un chèque d’un montant de 500 000 F CFA.

Photo de famille
Une photo de famille avec des femmes entrepreneures qui ont reçu des attestation de reconnaissance
Fière de la reconnaissance de ses efforts et de la récompense de son travail, Soutoumana Palenfo a convié toutes les femmes qui rêvent d’entreprendre, à à le faire sans hésiter. Car, dit-elle, « même avec peu d’argent, on peut investir mais seuls l’engagement et la volonté nous permettront de fructifier notre investissement ».

Cette nuit, selon Laurence Marchal/Ilboudo, a été initiée pour promouvoir l’entreprenariat féminin et susciter d’autres vocations. A l’entendre, les statistiques ont révélé qu’il n’a que 21% de femmes entreprenantes au Burkina Faso alors que le ministère a pour objectif d’atteindre les 50% d’ici à 2020. C’est donc une invite aux autres femmes à se lancer dans ce milieu porteur qui contribuera à l’amélioration de l’économie nationale.

Des actions d’accompagnement

Pour l’atteinte des objectifs fixés, le ministre en charge de la Femme a indiqué que son département a créé des actions d’accompagnement, reparties sur plusieurs volets. Et pour ce faire, le premier volet de ses actions d’accompagnement est d’abord la mise en place du programme de création d’emplois pour les jeunes et les femmes.
« C’est un programme qui a été mis en œuvre dans les 45 provinces du pays et a permis de former 50 femmes dans chaque province à la transformation des produits locaux », a-t-elle expliqué. Et celles-ci pourront à leur tour former d’autres femmes afin d’assurer le relais, affirme-t-elle.

Outre la formation, le ministère mettra à leur disposition des technologies pour qu’elles puissent aussi créer des petites et moyennes entreprises. Le deuxième volet de ses actions, selon elle, sera l’accompagnement des femmes déjà installées à travers d’autres types de soutien comme le marketing, la comptabilité, etc.

Yvette Zongo
Lefaso.net

  •  
  •  
Évaluer cet élément
(0 Votes)
Lu 186 fois
BAMBIO Z. François
Dernières publications