fbpx
énergie solaire

Avec un taux d’accès à l’électricité  de 21% en 2018 et une demande annuelle d'environ 13%, le Burkina Faso vit une situation de déficit quasi continu, contraignant à l’importation d’environ 45% de sa consommation en électricité.

L’énergie solaire constituant la ressource endogène la plus abondante au Burkina Faso, les autorités entendent faire du pays le hub de l'énergie solaire en Afrique.

Un paquet massif de projets visant aussi bien la construction de centrales solaires de grandes capacités que l'installation de petites structures décentralisées (mini-réseaux, systèmes solaires domestiques…) sont en cours.

En décembre 2017, le Burkina Faso inaugurait sa centrale solaire photovoltaïque de Zagtouli, la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Ouest dotée d’une puissance énergétique de 33 mégawatts, en cours d'extension à 50 mégawatts. D’un coût total de 47,5 millions d’euros, la centrale a été financée par l’Union européenne et l’Agence française de développement (AFD).

Après zagtouli, une deuxième centrale solaire d’une capacité de 30 mégawatts, d'un coût de 33 millions d'euros, est en construction depuis février 2020 à Pâ, à environ 250 km à l’Ouest de Ouagadougou. Le projet est piloté par l’entreprise française Urbasolar, spécialisée dans l’énergie photovoltaïque.

YELEEN, le plan solaire Burkina Faso 2025

Pour résorber son déficit énergétique,  le Burkina Faso mise véritablement sur l’énergie solaire. Son vaste Programme Solaire dénommé YELEEN est en cours.

Le projet prévoit, entre autres, la production de 50 MWc d'énergie solaire photovoltaïque répartie sur une grande centrale à proximité de Ouagadougou (42 MWc) connectée à une ligne électrique 90/33 kV, et trois autres centrales situées dans les villes de Dori, Diapaga et Gaoua.

D’un coût total de 136,69 millions d’euros, le projet est financé par l’Agence française de développement (AFD) et la Banque Africaine de Développement (BAD).

En décembre 2019, le Conseil d’administration de la BAD approuvait un appui financier de 48,82 millions d’euros en faveur du projet Yeleen.  Le reste du financement devra être assuré par l’Agence française de développement (AFD), l’Union européenne (UE) et la Société nationale d’électricité du Burkina Faso (SONABEL).

Dans le cadre de l'exécution du projet, il a été lancé en juin 2020, un appel d’offres international pour la réalisation des travaux de construction clé-en-main de la centrale photovoltaïque (42 MWc) et du Poste 90/33 kV de Ouagadougou Nord-Ouest. Lesdites centrales seront raccordées au réseau national interconnecté.

Cette première phase, d’une durée d’exécution de 18 mois est financée par l’AFD.

Le projet Back-up solaire

Parallèlement au projet Yelen, les autorités burkinabè ont procédé en février 2019 au lancement d'un projet dénommé Back-up solaire, avec pour objectif de diversi­fier les sources d’énergie du pays par la vulgarisation de l'énergie solaire.

Ledit projet a pour principales cibles les ménages, les particuliers, les PME et PMI, maillons essentiels de l’économie burkinabè.

Le Back-up solaire est une me­sure incitative de l’Etat burkinabè visant à faciliter l’acquisition de systèmes solaires photovoltaïques avec stockage pour les besoins énergétiques. Il s’agit d’un projet d’autonomisation énergétique qui permettra de faire des économies d’énergie redéployable vers d’autres besoins.

Les kits du projet Back-up solaire sont des armoires énergétiques hybrides munies de systèmes de stockage intégrés, mobiles, prêtes à l‘emploi et faciles à installer. Le projet met à la disposition des utilisateurs différents kits en fonction des besoins et pour une fourchette de prix allant de 160 000 F CFA à 3 millions de F.CFA.

D'ores et déjà, les autorités rassurent les souscripteurs des normes et certifications interna­tionales desdits équipements ainsi que de l’agrément par le ministère en charge des énergies des sociétés qui seront désignées pour réaliser les installations.

Pour l’acquisition des kits, après souscrip­tion, une possibilité est offerte pour payer cash ou à travers des prêts solaires aux taux de 0%, sur une durée maximum de 03 ans, avec un différé de remboursement de 03 mois après la mise en service de l’installation solaire.

L’Agence natio­nale des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ANEREE), Etablissement Public de l’Etat, créé en décembre 2016, est chargée du pilotage du projet.  

Au Burkina Faso, la transition énergétique est assurément en cours vers les énergies renouvelables avec une option radicale pour l’énergie solaire.

Energie solaire, un marché à fort potentiel

Les énergies renouvelables sont un marché en plein devenir au Burkina Faso. Les acteurs et professionnels sont de plus en plus nombreux.

Faso Energy, première usine de fabrication de plaques solaires au Burkina Faso et en Afrique de l’Ouest

Le Burkina Faso vient de voir l’installation de sa première usine spécialisée dans la fabrication de plaques solaires. Situé dans la zone industrielle de Kossodo à Ouagadougou, Faso Energy ambitionne de se positionner comme leader dans la fabrication de plaques photovoltaïques de haute qualité pour le marché africain.

L’entreprise compte mettre sur la place du marché des plaques solaires de 250 watts et de 315 watts, avec une garantie de 25 ans pour différencier ses produits de la contrefaçon.

L’usine est dotée d’une capacité de production de 80 à 120 MW annuel et d'une capacité de production journalière de 60 à 100 panneaux photovoltaïques par jour.

L'unité a un coût d’investissement de 4 milliards de F.CFA  pour la première phase, avec l’appui du gouvernement  qui s’est engagé au côté de l’investisseur en l’allégeant d’un montant d’environ 850 millions de F.CFA en termes de fiscalité de compte et de fiscalité intérieure.

Le promoteur envisage déjà une deuxième phase pour un investissement supplémentaire de plus de 9 milliards de F.CFA.

Au titre des emplois, Faso Energy va créé 170 emplois directs et plus de 1200 emplois indirects selon ses responsables.

La société Speedtech Energy-Burkina Faso

Speedtech Energy-Burkina Faso, filiale de la société taïwanaise Speedtech energy est la première usine d’assemblage et d’installation de plaques solaires au Burkina Faso.

Contrairement à Faso Energy, la société ne produit pas d’équipements solaires sur place à Ouagadougou. Tous ses produits solaires sont fabriqués depuis ses usines à Taïwan. L’unité de Ouagadougou intervient dans l’assemblage des panneaux solaires, la maintenance et l’entretien des équipements solaires.

En plus des panneaux solaires, l’usine commercialise des kits de lampes solaires portatives, des lampadaires solaires, des batteries solaires, des ampoules économiques de type LED etc.

L’unité a officiellement ouvert ses portes en juillet 2013 à Ouagadougou.

Financée à près de 999 millions de francs CFA, la firme de matériels solaires emploie une soixantaine de salariés. Sa capacité de production est de 10.000 mégawatts par an.

Les importations anarchiques de plaques photovoltaïques

L’Etat burkinabé à autorisé à travers la loi de finances 2013,  l’exonération des droits et taxes de douane en faveur des équipements solaires importés au Burkina Faso à compter du 01 janvier 2013, et ce, sur jusqu’en 2018.  

Dès 2013 de nombreux commerçants, du fait de la détaxation, ce sont lancés dans le commerce des plaques solaires. Sur le marché, nombreux sont les grossistes, revendeurs et maisons de vente se disant spécialisées dans les équipements solaires.

Pendant cette période d’exonération, le marché burkinabè a ainsi été inondé de panneaux solaires photovoltaïques importés d’Asie dont la qualité est parfois douteuse.

Pour assainir le marché, l’Etat a créé l’Agence natio­nale des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ANEREE) en 2016 avec objectif de réguler le secteur des énergies renouvelables.

Au Burkina Faso, les initiatives sont donc nombreuses dans le domaine de l’énergie solaire. Vue le potentiel en énergie solaire (environ 5,5 kilowattheure par mètre carré et par jour) dont jouit le pays, on peut s’attendre à un marché de l'énergie solaire en essor d’ici à quelques années. Pays agricole, le développement de l’énergie solaire pourrait être d'un atout indéniable pour la mécanisation de l’agriculture au Burkina Faso.

BAMBIO Z. François, pour Investir au Burkina

X

Right Click

No right click