fbpx

Le secteur minier au Burkina constitue une véritable opportunité d’affaires pour les fournisseurs de biens et services.

C’est un vaste marché qui génère plusieurs milliards de francs CFA de chiffre d’affaires chaque année.

La demande en biens et services des sociétés minières constitue une importante opportunité pour les fournisseurs locaux.

Parmi les gros demandeurs figurent les sociétés détenteurs de titres miniers d’exploitation et déjà en activité, au nombre de douze (12). Viennent les sociétés détenteurs de titres miniers relatifs à la prospection et à la recherche, dont le nombre est très important. Déjà, à la fin décembre 2012, on dénombrait 941 titres et autorisations valides pour la filière aurifère seulement, ce qui dénote du  nombre d’acteurs sur ce segment.

Au nombre des demandeurs de biens et services, il faut également compter avec les 600 sites d’orpaillage clandestins et les 200 unités d’exploitation artisanale officiellement reconnues par  les autorités burkinabè.

Concernant l’offre, ce marché regroupe environ 31 sociétés et organisations nationales qui fournissent des biens et des services aux industries minières, réunies au sein de l'Alliance Burkinabé des Fournisseurs de Biens et Services Miniers (ABSM). 
En dehors de ces PME/PMI regroupés au sein de l’ABSM, des  fournisseurs au gros gabarit  s’accaparent la plus grosse part de marché. Il s’agit notamment d’entreprises de logistiques et de transit (Bolloré-Logistics, DAMCO), de produits pétroliers (TOTAL), d’eau minérale (BRAKINA), etc. 

Les biens produits les plus sollicités par les sociétés minières sont entre autres :

Les équipements de concassage,
Les broyeurs à billes,
Les équipements miniers,
Les pompes et les équipements électrotechniques,.
Les locations des engins,
Les installations des systèmes de sécurité (vidéo surveillance),
La construction de bases vie,
Les fournitures des matériaux de construction,
Les équipements de chantiers.
La relecture attendu du code minier, devrait encore rendre le secteur minier burkinabè plus attrayant, toute chose qui devrait booster le marché de fourniture en biens et services. On sait déjà que ce nouveau texte vise à créer «pour les opérateurs miniers, un environnement plus moderne et plus compétitif et à permettre une meilleure répartition des avantages de l’exploitation minière au profit de l’Etat et des communautés locales».

En attendant, le marché de fourniture en biens et services miniers joui d’une parfaite santé.

Une synthèse de BAMBIO Z. François, pour Investir au Burkina

X

Right Click

No right click