fbpx
karité au Burkina Faso

Le Burkina Faso est le deuxième producteur mondial d’amandes de karité derrière le Nigéria. Le karité figure en bonne place parmi les produits d’exportations du pays, avec une capacité d’exportation annuelle moyenne estimée à 300 000 tonnes pour les amandes et à 12 000 tonnes pour le beurre de karité.

Selon l’Agence Nationale pour la promotion des exportations au Burkina Faso, le pays compte 280 802 860 pieds d’arbres de karité avec un potentiel de production d’amandes de karité évalué à 1 247 295 tonnes par an dont un taux réel d’exploitation de 32% seulement.

Les principaux produits exportés par la filière karité sont les amandes, le beurre et les produits cosmétiques.

Les principales destinations des produits karité sont la France, le Ghana, la Malaisie, les Pays‑Bas et l’Allemagne pour le beurre. Les amandes de karité sont exportées en grande partie vers le Danemark, le Ghana, le Togo et l’Inde et les produits cosmétiques vers le Togo, la France et les États-Unis.

Selon un rapport de la Banque africaine de développement (BAD) publié le 16 juillet 2020, les exportations de produits karité ont enregistré une hausse, passant de 52,7 millions de dollars US (29 milliards de F.CFA) en 2016 à 61,8 millions de dollars US (34 milliards de F.CFA) en 2019, soit une progression de 15%.

Ce résultat a été possible grâce aux efforts conjugués de l’Etat burkinabè et de ses partenaires techniques et financiers.

Le Projet d’appui au développement intégré de la filière karité pour l’autonomisation économique des femmes (PADIFK)

Selon le même rapport, le Projet d’appui au développement intégré de la filière karité pour l’autonomisation économique des femmes (PADIFK), mis en œuvre sur la période 2016-2019, a permis d’améliorer le niveau des produits karité au Burkina Faso.  

Ledit projet, d’un montant total de 993 000 dollars US, a été financé par un don du Fonds d’assistance au secteur privé africain (FAPA), un fonds fiduciaire multi-donateurs financé par le Japon et l’Autriche.

Au titre des résultats engrangés, le PADIFK a permis d’organiser les acteurs de la filière qui est maintenant structurée en 3 maillons distincts qui sont:

  • La production (collecte et production des amandes),
  • La transformation (savon, beurre de karité et d’autres produits dérivés),
  • La distribution/commercialisation (vente des amandes, et produits cosmétiques à base du beurre de karité, exportation).

Les différents maillons ont reçu leur récépissé de reconnaissance officielle en 2019. Au total, 150 000 membres des organisations ont bénéficié du PADIFK en 2019, dont 90% de femmes.

Le projet a également permis de mettre en place l’interprofession (la faîtière), faciliter l’accès au crédit des acteurs de la collecte et de la transformation du karité et a, par ricochet, élargir l’accès au marché des acteurs de la filière karité.

Le marché mondial des produits du karité qui présente des perspectives actuelles assez intéressantes et le Burkina Faso multiplie les actions pour accroître ses exportations de karité.

Le Projet d’appui à la compétitivité des produits de la filière karité au Burkina Faso (PACFIK)

Le ministère burkinabè en charge du commerce a lancé en juillet 2019 son Projet d’appui à la compétitivité des produits de la filière karité au Burkina Faso (PACFIK).

Ledit projet vise l’amélioration de l’exportation et de la compétitivité des produits de la filière karité, l’amélioration des revenus des acteurs et de la création d’emplois dans les zones d’intervention  dentifiées.

D’un coût global de 3 411 367 dollars US, soit 1 715 685 588 F CFA, le PACIFIK est financé à hauteur de 44% par le CIR (Cadre intégré renforcé), à 43% par la Coopération luxembourgeoise et à 13 % par l’État burkinabè.

La durée de mise en œuvre du projet est de trois (2019-2021) et couvre toute l’étendue du territoire nationale.

De toute évidence, la production de karité devrait connaître un accroissement au bilan de la prochaine campagne vue les acquis du PADIFK auxquels viendront s’ajouter les résultats du PACFIK.

Le karité demeure la matière par excellence de l'industrie de cosmétique et une niche à forte rentabilité sur le marché international.

BAMBIO Z. François, pour investir au Burkina

X

Right Click

No right click