fbpx

Au Burkina Faso, le nombre de laiteries et de centres de collecte de lait est d’environ 200 unités reparties sur le territoire national.

Le potentiel en production de lait au Burkina Faso, est estimé à près de 250 millions de litres par an, dont moins de 5% réellement produits par les unités laitières locales, selon les résultats d'une étude commanditée par l'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA).

Le pays, à vocation agro-pastoral, investit chaque année, entre 6 et 10 milliards de FCFA pour importer 40 millions de litres de lait, en majorité sous forme de lait en poudre. 90 % de la consommation de produits laitiers proviendrait des importations, surtout de poudre de lait.

En 2013, le gouvernement burkinabè envisageait d’investir quinze milliards de FCFA dans la construction d’une laiterie à Koubri, commune rurale située à une vingtaine de kilomètres au sud de Ouagadougou. Des projets de construction de laiteries ainsi que de points de collecte de la production laitière étaient également prévus à Bobo-Dioulasso.

Ces projets étaient perçus comme des actions phares du programme national du développement de la filière lait local au Burkina Faso, lancé en 2010 pour un investissement total de 90 milliards de francs CFA sur sept ans, c’est-à-dire jusqu’en 2017.  Que devient ce programme ? A quand un bilan ?

Pour Investir au Burkina, il est urgent de protéger l’industrie laitière locale contre les importations d’origine douteuse et d’enfin entamer des actions concrètes allant dans le sens de la promotion de la filière lait au Burkina Faso.

BAMBIO Z. François, pour Investir au Burkina

X

Right Click

No right click