fbpx

La développement fulgurant des TIC et de l’Internet en Afrique a ouvert la porte à de nouvelles opportunités. Nombreux sont les publicités qui, sur Internet, incitent à investir dans des opportunités en ligne.

Le développement du mobile banking (M-banking) qui consiste à l’achat de biens et services et au transfert d’argent via le téléphone mobile, est l’un des bienfaits de cette révolution numérique.

Ce n'est pas tout. L’Afrique a également eu accès au marché des changes ou Forex (Foreign exchange market ou FX), via les plateformes virtuelles. De plus en plus, les vocables  trading et forex font partie du langage des jeunes africains.

Qu’est-ce que le trading forex ?

On entend par trading, l’achat et la vente d’actifs financiers (achat et vente instantanés d’actions et d’obligations). Ces dernières années, cette activité s’est étendue au marché des devises monétaires encore appelé en anglais Foreign Exchange ou Forex en abrégé.

Le trading sur le forex communément appelé trading forex consiste en l’achat et à la vente de devises monétaires. Trader  désigne la personne qui pratique le trading forex ou qui spécule sur le marché des actifs financiers.

Le Forex est un marché de gré à gré qui est actif sur les principales places financières internationales (Londres, New York, Tokyo, Zurich, Francfort, Hong Kong, Singapour, Paris, Sydney).  C’est un marché non organisé, où les échanges se font directement entre le vendeur et l’acheteur. Avec l’évolution de l’Internet et des autres innovations technologiques,  ce marché s’est dématérialisé et s’est déconcentré pour être accessible tous.

Nul besoin de se rende à Londres, New York ou Tokyo pour faire du trading. Toute personne peut pratiquer le trading forex depuis son salon. Il suffit de disposer d’un ordinateur, d’une connexion Internet et d’un investissement initial de quelques euros.

Comment fonctionne le trading forex ?

Le trading forex est une activité qui permet d’acheter et de revendre des devises monétaires 24h/24,  tous les jours de la semaine, excepté le week-end où les bourses sont fermées.

Les brokers (courtiers en anglais) sont des intermédiaires qui permettent aux traders d’avoir accès à la bourse via des plateformes d'échange et de cotations, moyennant une commission. Ils permettent à tout particulier de spéculer sur les variations de cours des devises

Le cours des devises étrangères variant continuellement, le trader achète les autres devises lorsque leur valeur baisse par rapport à sa devise. Ces devises sont gardées en stock dans son compte et revendues quand leur cours augmente, toute chose qui permet d’en dégager un bénéfice.

L’ampleur du trading  forex en Afrique

Selon un rapport de Forex Brokers SA (Afrique du Sud), publié en décembre 2019, cité par le site africansharpers.com, l’Afrique compte environ 1,3 million de traders. Le Nigéria et l’Afrique du sud s’affichent en tête du peloton et comptent à eux seuls 390 000 traders. Viennent le Kenya, l’Égypte, la Tanzanie, la Namibie et l’Angola.

Le trading forex gagne de façon fulgurante l’Afrique de l’Ouest, en témoigne le foisonnement d’agences de trading forex un peu partout sur le continent, affichant de nombreuses publicités incitant à y investir.

Vue la progression de l’activité sur le continent, la règlementation du marchés des changes devient un impératif pour les pays africains.

Trading, une activité non réglementée

Pour l’heure, seul le marché sud-africain est réglementé et compte plus de 1 000 entités financières enregistrées sous l’autorité de régulation du marché FSCA  (Financial Sector Conduct Authority) selon le même rapport cité par le site africanshaper.com.

En dehors de l’Afrique du sud, la plupart des pays africains n’ont pas de règlementation locale régissant l’activité du trading forex.

L’absence de règlementation rend l’environnement cette activité dangereux pour les investisseurs et les traders, en témoignent les escroqueries de plus en plus fréquentes.

Forex, un marché volatil à haut risque

L’un des risques sur le marché du forex est le fait qu’aucune équation mathématique ne puisse prévoir la variation du cours des devises.

Certains brokers proposent aux traders la pratique de l’effet de levier, qui est une pratique à haut risque permettant d’augmenter les possibilités de gain comme de perte.  

Selon une étude de l’Autorité française des marchés financiers (AMF), 9 clients sur 10 sont perdants sur les plateformes légales de trading.

Selon la même étude le trading est à l’origine de pertes significatives pour une très grande majorité de particuliers, avec plus de 89% de perdants sur une période d’observation de 4 ans.

L’étude a également constaté que les investisseurs qui traitaient le plus, en volume de transactions, perdaient le plus. Il en va de même pour ceux qui persistent dans la durée, ce qui prouve que pratiquer le trading sur le long terme ne confère au trader aucune expertise lui permettant de multiplier ses gains.

L'AMF déconseille donc aux particuliers de se lancer dans le trading forex.

Conseils aux traders

Nous conseillons aux personnes désireuses de se lancer dans le trading forex, de s’enquérir du maximum d’informations sur l’activité, de sorte à bien connaître les rouges et difficultés.

Google est une source inestimable d’informations qui permettra aux novices d’avoir des avis différents sur le sujet et d’en faire leur propre opinion.

Le mieux serait d’y aller pas à pas, de suivre une formation avant de se lancer. dans le trading forex. 

De plus en plus, en Afrique, certaines personnes se disant professionnels du forex se lancent dans la collecte de fonds auprès des populations en leur présentant des offres alléchantes. Soyez prudents !

Nous nous alignons derrière l’AMF et encourageons nos frères africains à privilégier de petits projets ne nécessitant pas de gros investissements au départ. L’agrobusiness et l’élevage restent des secteurs générateurs de revenus en Afrique pour peu que la jeunesse s'y intéresse.

 

BAMBIO Z. François,

Economiste et Conseiller en GRH

X

Right Click

No right click