fbpx

Pays enclavé, le Burkina Faso ne dispose pas de façade maritime et recourt aux importations de poissons pour satisfaire sa consommation.

Le Burkina Faso a une production annuelle de 20.000 tonnes de poissons dont plus de 90 % provient de la pêche en milieu naturel.

La filière pêche est prise en compte dans le programme présidentiel de 2016 à 2020. Le Gouvernement ambitionne d’accroître la production de poissons de 20 000 à 30 000 tonnes d’ici à la fin 2020.

Pour l'heure, le pays a recours aux importations de poissons pour satisfaire un besoin en nette progression. Le commerce de poissons importés au Burkina Faso est devenu sans conteste un filon juteux pour de nombreux commerçants et importateurs de poissons.

Les importations de poissons frais ou réfrigérés se sont établies à 126.7 tonnes en 2017 contre seulement 25,8 tonnes en 2013, soit une augmentation de 79.64%.

Selon les estimations de Investir au Burkina, les quantités importées de poissons frais ou réfrigérés avoisineront 150 tonnes à la fin 2020.

La Chine, le Chili, l’Argentine et plus récemment la Norvège sont les principaux fournisseurs du Burkina Faso. En Afrique, le Burkina Faso s’approvisionne auprès de la Mauritanie, du Sénégal, du Mali et de la Côte d’Ivoire.

Ces dernières années, l’Etat burkinabè est de plus en plus regardant sur la sécurité alimentaire.

En janvier 2018, le gouvernement burkinabè a interdit de façon temporaire de l’importation du poisson tilapia potentiellement infecté, en provenance de cinq pays dont l'Egypte, Israël, la Thaïlande, l'Equateur et la Colombie.

Pour l'heure la demande locale en poissons reste à satisfaire et le commerce de poissons importés reste une activité très lucrative au Burkina Faso.

Une synthèse de BAMBIO Z. François, pour Investir au Burkina.

Source : Institut national de la statistique et de la démographie (INSD) - Annuaire du commerce extérieur, octobre 2018

 

X

Right Click

No right click